J’aime pas la viande !

Adaptation VEGAN du J’aime pas ta viande d’ANONYMA.
A la base, morceau J’aime pas ta soupe des Bérurier Noir.

==================================
J’aime pas ta viande
—-> Mange la quand même
J’veux d’ta viande
—-> J’l’ai préparée
Tu l’as tuée
—-> J’l’ai payée
J’veux pas bouffer
—-> Tu vas crever !!

Y’a trop de sang
—-> Ça c’est marrant
Ça pue la mort
—-> Ça t’rendra fort
Mais j’en veux pas
—-> Faut l’avaler
J’suis pas boucher
—-> Tu vas bouffer !

Moi j’suis végan
—-> T’es pas normal
C’est pas pour moi
—-> Bah t’en auras
Tu fais gerber
—-> T’en reprendra
J’vais pas changer
—-> C’est c’qu’on verra !

Être végan c’est chercher à exclure, autant que faire se peut, toute forme d’exploitation et de cruauté animale, que ce soit pour se nourrir, se vêtir ou pour tout autre but.

Le véganisme est le stade absolu du végétalisme, c’est son climax.

Le végan c’est quelqu’un qui essaye de vivre sans exploiter les animaux, non seulement pour eux mêmes mais aussi pour les humains et notre planète.

Concrètement, le végan exclut tout produit d’origine animale non seulement de son alimentation (viande, poisson, œuf, lait, miel, pressure…) mais aussi de son style de vie (pas de vêtements en cuir, laine ou soie) ainsi que tout produit dont la fabrication induit une souffrance animale (cosmétiques, animaux d’expérimentation ou de laboratoire).

Pour l’alimentation, les protéines animales sont remplacées par des protéines végétales issues de l’agriculture biologique (soja, seitan, tempeh…) ou de l’association légumineuses-céréales ceci afin de faciliter l’assimilation par les acides aminés, des champignons, des bactéries (bifidus…) ou des substances non vivantes (sel, calcium…).

Le végan est donc anti-spéciste : il ne tolère pas de faire aux animaux ce que l’on ne ferait pas à l’homme.

Le spécisme est ce que le racisme est à la race ou le sexisme au sexe : une volonté de ne pas prendre en compte les intérêts de certains au bénéfice des autres.

Le végan est donc profondément anti-spéciste : il ne tolère pas que des animaux soient élevés et abattus pour fournir de la viande ni utilisés comme des modèles biologiques pour nos intérêts scientifiques et encore moins chassés pour notre plaisir.

C’est dans la lutte contre ces pratiques que s’élève l’ ALF « Front de Libération Animale »,
considéré comme groupuscule terroriste car il remet en cause les fondements mêmes de notre société ultra-capitaliste et qu’il prône l’Action Directe.

L’ ALF rejette la considération des animaux par les humains dite utilitaire (réformiste ou Welfarist) au profit de la thèse dite abolitionniste : les animaux doivent bénéficier des mêmes droits moraux à vivre librement que l’être humain.

Face à l’inertie du système, l’ALF prône la mise en place de l’Action Directe : sabotage de la chasse (Hunt Saboteur), pression sur les offices vendant des produits issus de l’exploitation animale ou opérations de libération d’animaux dans les laboratoires d’expérimentation.

Suite aux dérapages de certaines actions (intimidations, provocations ayant mal tourné), l’ALF est considéré comme ennemi de l’État et ses membres préfèrent garder l’anonymat et avancent cagoulés.
Leur identité est celle de la guérilla : rendre l’impossible possible.

Le végétarisme est à différencier du véganisme car il ne présente pas ou peu cet aspect philosophique, ce mode de vie.

De plus, la production de produits laitiers, par exemple, qui, à première vue est sans contrainte pour l’animal, cache pourtant une issue morbide : l’abattage de l’animal.

De même, pour qu’un animal produise du lait, le petit doit être séparé de sa mère une fois la lactation débutée (cas de la vache, de la chèvre…).

Le petit finira directement à l’abattoir ou sera exploité dans un premier temps pour finir quoi qu’il en soit sur un étal.

Enfin, le végan s’inscrit dans un environnement mondial.

Il dénonce la faim dans le monde : alors que 800 millions de personnes souffrent de la faim, une grande partie des céréales cultivées (1/3) sert à nourrir le bétail des pays riches.

Imaginez l’alternative végétale possible… « La vache du riche affame le monde ».

Ces cultures ont en outre des conséquences catastrophiques sur notre planète : pollution de l’eau, de l’air, effet de serre, déforestation, OGM, réchauffement climatique…

Notre planète ne pourra jamais nourrir, sur la base alimentaire des pays développés, les quelques 7,2 milliards d’habitants qui peuplent notre planète.

L’équilibre est possible sur une base alimentaire végétale où tous les acteurs seraient respectés.

Supportez la VEGAN SOCIETY même si les végans ne représentent qu’environ 0,1 % des populations occidentales, supportez l’ALF et respectez la vie animale !

STOP à toutes les formes d’exploitation !

Construisons un monde sans souffrance.

Libérons-nous de toutes ces contraintes inhérentes à

toutes formes de violences physiques et

psychologiques.

PAIX ET ANARCHIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA vs BT. Répondre à la question ci-dessous contre les Robots * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.